• Ames perdues

    Poppy Z. Brite. Ce nom ne parle qu'aux amateurs de la culture underground. Et pourtant, nous aurions tort de cantonner cette auteur américaine à l'univers gothique qui a nourri les prémisses de son oeuvre... C'est en flânant innocemment dans les rayons de la médiathèque de mon village que j'ai découvert son premier roman Âmes Perdues (Lost Souls, 1992). Dès les premières pages, l'ambiance est placée: sex, drugs and rock. Dans les bas-fonds de la Nouvelle-Orléans, plusieurs noctambules vont lier inconsciemment leur destin. Le lecteur suit tour à tour un groupe de trois vampires qui font passer les frasques de Pete Doherty pour les bonnes oeuvres d'un saint; Nothing, un adolescent en quête de son identité; un barman ne supportant pas l'alcool -finalement, il y a des inconvénients à être un vampire...- et un duo de musiciens, Ghost et Steve. Entre recherche et fuite, ils vont se révéler à eux-même comme aux autres. Loin de l'étiquette « roman de vampire », Poppy Z Brite a su pousser le vice jusqu'à l'immoral en traitant une question ancrée dans l'humanité: jusqu'où l'homme peut-il aller pour combattre sa solitude? De l'inceste au viol, l'auteur nous entraîne dans un road-movie gore et brutal. Un roman à dévorer, un verre de whisky White Horse à la main...

    A lire également Alcool, histoire de deux cuisiniers de la Nouvelle-Orléans qui décident de fonder un restaurant sur une idée novatrice: chaque plat présent sur la carte contiendra de l'alcool...

    Aux éditions Au Diable Vauvert et Folio


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique